Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Mandarinat

    Définition du Mandarinat par le Larousse: "pouvoir arbitraire detenu dans certains milieux par des intellectuels influents".

    Le mandarinat était, il y a quelques années, un terme utilisé pour dénoncer le pouvoir absolu de certains grands universitaires ou dignitaires des Hopitaux et cliniques qui se comportaient comme des maharajahs arogants en leur royaume. Il leur était surtout reproché de BLOQUER l'ascension de plus jeunes  qui se trouvaient ainsi maintenus dans l'ombre de ces grands seigneurs qui, seuls, avaient droit à la renommée.....et au pouvoir. L'entreprise, l'Université comme l'Hôpital est, par essence, lieu de pouvoir,

    Aujourd'hui, il en va ainsi du journalisme. Une petite dizaine de journalistes accaparent toutes les radios, toutes les  télés, tous les médias comme si eux seuls étaient capable d'exercer ce métier, en avait la science et la capacité ou pouvaient décrypter et analyser avec pertinence l'actualité. Ce sont des stars qui se croient eux même indispensables puisque le système de la "starisation"s'auto-entretient et génère audimat et profit. Il faut  toujours se méfier des gens que l'on croit ou qui se croient indispensables. Les vrais valeurs sont comme les violettes : cachées ! !

  • A contre courant...

    A contre courant.... car l'Afrique donne avec la Lybie et la Côte d'Ivoire des images négatives de ce grand et  beau continent. Les médias répercutent les exactions de dictateurs plus ou moins fous, donnent des images  de violences et  d'addiction assez débile et stérile au pouvoir, mettent le projecteur sur des paysages ravagés et mutilés.

    Je reviens de missions au Sénégal et au Ghana. J'y ai vu l'Afrique dans sa grandeur: j'y ai trouvé des gens chaleureux, pauvres mais plein d'allégresse et de sérénité. Professionnellement, j'ai eu des interlocuteurs avertis et compétents. Sur une mer sauvage, face à l'île de Gorée trônaient les barques de pêche à fond plat ou la silhouette droite du pêcheur composait un tableau de peinture naïve et coloré. A Accra, des femmes, dans une posture digne et cambrée portaient sur leur tête, dans un équilibre magique, une part de leur garde manger ou de leur marchandise à vendre. Magnifique et émouvant !

    Quand on pense à l'Afrique, pensons aussi à la dignité de la révolution tunisienne. Ce continent - dont on  a facilement la vue méprisante de l'ex colonial- pourraient nous donner des leçons. Un siècle viendra qui sera Africain. Inch Allah !