Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Face à la crise actuelle relire Picketty

Picketty dans son livre "l'économie des inégalités" montre que le conflit Doite/Gauche sur la distribution des richesses n'est pas dû à des principes contradictoires de justice sociale mais à des analyses contradictoires des mécanismes économiques et sociaux qui produisent les inégalités. Il y a conflit D/G sur les différents types et outils de redistribution.

Cette lecture de Picketty m'a convaincu que face aux mesures à prendre pour faire face à la crise de l'endettement, il y a de bonnes et de mauvaises pistes pour mettre en place un plan de rigueur.

La mauvaise piste est celle qui se déssine: s'attaquer prioritairement aux niches fiscales au nombre, impréssiionnant il est vrai, de 504. A première vue on adhère ! les niches ont un relant de privilèges et de passe droit; cela fleure bon le droit d'exception si prisé en France .Elles sont, au demeurant, totalement  contraire à l'égalité devant l'impôt. En fait, certaines niches sont aussi un moyen de protéger contre les abus des marchés. Elles ont- pour certaines et pour certaines seulement- une vraie valeur de secours et d'aide, parfois même à but social alors que les autres (celle par exemple qui favorise les plus values des cessions de filiales pour les holdings, la fameuse "niche Copé")répondent à une logique de "fiscalité de riches". 

En définitive, le meilleur instrument pour répartir équitablement la rigueur est sans doute l'impôt mais un impôt juste dans son assiette, ses assujettis et ses modalités. C'est là que la difficulté commence. Mais se refuser à utiliser cet instrument est une posture injustifiable et stupide. La situation demande plus d'intelligence et de courage. Au fond, la dialectique qui se présente est simple: perdre les élections, certes, mais en "aidant à sauver" le soldat France !

Il y a une autre considération collatérale: nous manquons de fiscalistes en France qui privilégient tous  les généreuses entreprises privées . De ce fait, trés peu de macroéconomistes se dirigent vers une spécialisation en finances publiques pourtant si demandeuses de talents. Je suis d'accord avec Lacan lorsque le psychanaliste dit que tout conflit s'articule autour d'un "manque". Là aussi.

Les commentaires sont fermés.