Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Publication de mon livre aux éditions du Pantheon

    Couverture du livre du partage.jpg

    Je viens de découvrir un poême qui résume assez bien mon livre. J'aurais aimé le mettre en introduction. Le voici:


    "Si le recevoir est au centre

    Le don est en haut, le refus en bas.

    Reste encore, de part et d'autre,

    Le dépouillement qui agrandit,

    La tolérance qui enrichit."

     

     

     

    Dans ce livre, j'ai voulu montrer que le vrai partage est difficile; il est rare. Paradoxe quand on voit les médias et les réseaux sociaux ne parler que de partage.....

     

    Notre société reste souvent autiste aux autres; on y construit encore des murs et des frontières loin de ce "village global" que la mondialisation aurait du permettre. Au lieu de protéger, les barrières cristallisent les différences en générant des peurs. L'idée que le non-partage est lié à la peur constitue, d'ailleurs, un des fils rouges de mon livre.

    J'ai la présomption d'analyser le partage dans ses trois dimensions.

    Au plan politique, la séparation des pouvoirs - qui est la forme de son partage- est le curseur fondamental de toute vraie démocratie. L'histoire montre les difficultés à l'organiser. Au plan économique, la redistribution des richesses est encore un modèle à inventer pour qu'elle soit équitable et juste. Toutes les doctrines ou doxas ont échoué. Au plan humain, l'homme se retrouve souvent seul face à sa souffrance ou à l'adversité et il n'a plus qu'à lécher ses propres blessures. On partage plus les affects positifs que négatifs.

    Le partage existe mais il est parfois imposé, pollué par des arrières pensées ou fondamentalement déséquilibré. Il est alors du ressort du calcul et de la stratégie.

    Rare est le vraie partage mais on peut le trouver. Le bénévolat, le don, l'entraide, la solidarité....dessinent une société qui repousse les ressorts de l'individualisme, le souci de performence et l'accomplissement jubilatoire de sa réussite personnelle qui fait enfler l'égo, autant de paramètres qui constituent la matrice ou le coeur du réacteur de l'idéologie libérale.

    Et si l'esprit de partage nous animait pour sortir de la crise actuelle ?

     

    Pied-de-mail-400x122-VEstrade2.jpeg


  • Le Pérou

    DSC00426.JPGDSC00499.JPGDSC00042.JPGDSC00280.JPG

    J'ai visité le Pérou cet été; j'y ai trouvé des sites sublimes; j'y ai vu la pauvreté, l'assassinat des paysans par des entreprises américaines et suisses spécialisées dans l'exploitation de l'or et de l'argent. L'Histoire tristement se répète pour eux puisqu' après l'espagnol Pizarro au XVI, le capitalisme les spolie à présent. J'y ai vu la civilisation Inca vampirisée.  Il y a le Machu pichu mais il y a aussi un pays de non-droit

    Touriste fait attention ! ! . Il n'y a pas que la beauté des cimes inaccessibles DSC00317.JPGet la douceur des alpagas et des lamas......DSC00127.JPGIl y a aussi une réalité social et politique qui n'a pas la pureté des sommets enneigés