Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Inde, Vietnam, Pérou

    En 18 mois, j'ai visité l'Inde, le Pérou et le Vietnam. J'en suis revenu différent. J'en suis revenu avec la conviction que l'avenir s'écrivait là-bas. Nous ne vivons pas une crise. Nous sommes au milieu de "plaques tectoniques " qui bougent et donnent naissance à un monde nouveau. Il ne ressemble plus à l'Occident.P1050323.JPGP1040859.JPG

    P1040923.JPGDSC00244.JPGDSC00344.JPG

    DSC00542.JPG

    P1070773.JPG

    P1070194.JPG

    P1070599.JPG

  • Pour info

    Mon blog vient d'atteindre la 100ème note. Compte tenu du peu de commentaires reçus, je pense que la ligne éditoriale de mes notes n'est pas en adéquation avec les attentes des lecteurs, paradoxalement de plus en plus nombreux pour atteindre une moyenne de 3.000 chaque mois. Je ne les laisserai pas tomber. Je continuerai à alimenter mes pages.

    Mais je viens d'ouvrir un blog sur le site du journal Le Monde. Mon nouveau blog est à rechercher à l'adresse suivante:

    www.partage.blog.lemonde.fr




  • Pour mélomane et fan de Bach

     

    Cette messe en si de Bach atteint le sublime. La direction d'orchestre est exceptionnelle


    youtube.com/watch?v=YgVWaFvF0mg

  • Additif à la note précédente

     

    Trois sites dont celui du "Monde" et le site d'un magistrat évoquent avec justesse les pages de mon ouvrage.

     

    Chroniques judiciaires

    www.parolesdejuges.fr

    http://www.lecrime.fr/livres/jure-dassises

  • Et si en 2013, vous etiez juré d'assises?

    Le Blog du journal "Le Monde" a promotionné mon livre sur mon expérience de juré d'assises. J'en ai fait également la présentation sur YouTube.

    Vous trouverez ci-après le texte du "Monde" sur mon livre "Juré d'assises: témoignage d'une expérience citoyenne et humaine" chez L'Harmattan. P.Robert Diard est responsable des chroniques judiciaires au journal "Le Monde".

    04 janvier 2013, par Pascale Robert-Diard

    Et si en 2013, vous étiez juré d’assises?

    Vous rêvez d'une rupture de vie, vous aimeriez repousser vos limites, mieux vous connaître, partager une expérience de groupe inoubliable, secouer vos préjugés, et même, prendre le pouvoir sur les autres ? La République vous en offre une chance. Si vous êtes un homme ou une femme de nationalité française âgé de plus de 23 ans, que vous êtes inscrit sur les listes électorales et détenteur d'une carte d'électeur, que vous n'avez pas été condamné à plus de six mois d'emprisonnement pour un crime ou un délit, et que nous n'êtes ni membre du gouvernement, ni député, ni sénateur, ni magistrat ou fonctionnaire de l'administration pénitentiaire, vous compterez peut-être parmi ceux qui seront tirés au sort pour être juré d'assises en 2013.

    Pierre-Marie Abadie est l'un de ceux-là. Ancien cadre de la Banque de France, il a eu la chance d'être retenu pour participer, en qualité de juré, à quatre procès d'assises. "L'expérience de juré est unique parce qu'elle est un acte rare de démocratie participative, sans représentant ni expert", écrit-il dans le précieux récit qu'il en a tiré, Juré d'assises, témoignage d'une expérience citoyenne et humaine (L'Harmattan). De cette aventure qui l'a profondément marqué, Pierre-Marie Abadie reprend chaque étape. Depuis la lettre officielle qu'il a tenu "du bout des doigts comme on tient un objet dangereux", l'informant qu'il était convoqué pour une session de trois semaines devant la cour d'assises et que sa présence y était obligatoire - sous peine d'une amende de 3750 euros - jusqu'au moment où il se retrouve assis aux côtés des magistrats professionnels et investi "du terrifiant pouvoir de juger" sans y avoir été préparé. "Dans une société du travail où l'on gère les ressources humaines en fonction de compétences, d'évaluation, d'adéquation à un profil de poste et où la formation est un acte majeur, la situation du juré apparaît aux antipodes de tous ces marqueurs", écrit l'auteur.

    La pression est d'autant plus forte que, dans ce rapport de forces qu'est le procès d'assises, le juré devient un objet de convoitise vers lequel convergent les regards du représentant de l'accusation, des parties civiles et bien sûr de la défense. "Il faut éprouver le regard de l'avocat sur le juré: il jauge, il épie, il évalue, il s'exhibe dans une parade de séduction que j'ai parfois trouvée triviale", poursuit-il.

    De son expérience, Pierre-Marie Abadie est surtout revenu avec une conviction: le vrai pouvoir, dans une cour d'assises, ne s'exerce pas seulement à l'audience. Il en est un autre, moins connu, qui se joue dans les couloirs à l'heure de la suspension, autour de la machine à café et surtout, dans la salle des délibérés, ce lieu clos où se joue le sort d'un accusé. A ce jeu là, celui ou celle qui est revêtu de la robe et de l'autorité de président de la cour d'assises, peut se révéler redoutable. "Le président s'installe comme leader naturel du groupe, il en a l'uniforme, la capacité, l'autorité." Une appréciation glissée, l'air de rien, sur la qualité ou la médiocrité d'un argument de l'accusation ou d'une plaidoirie, une remarque valorisant la personnalité de tel procureur ou de tel avocat, une synthèse habile des débats, peuvent peser lourd sur des citoyens jurés souvent peu familiers de la prise de parole, intimidés par la solennité des lieux et la gravité de l'enjeu.

    Mais les plus belles pages de ce récit sont peut-être celles qui sont consacrées au moment où, aux marches du palais, à la fin de la session, le groupe de jurés se disloque. "On regarde le palais de justice, théâtre de tant d'événements, où l'on avait un statut, où l'on jouait un rôle (...) Demain, on n'y viendra plus. Il redevient un bâtiment anonyme". La fonction régalienne qu'il a exercée lui est retirée aussi abruptement qu'elle lui a été accordée. "La vie de juré n'est qu'un bref "accident", une déviation éphémère de la normalité de son existence. Peu y sont soumis : elle ne peut donc changer le contrat social. Elle peut en revanche redessiner assez fortement le paysage intérieur de ceux qui l'ont vécue", assure l'auteur.

     

  • Nous sommes tous faits d'ombres et de lumières

    "Il y a un temps où ce n'est plus le jour,

    Et ce n'est pas encore la nuit

    Ce n'est qu'à cette heure là que l'on peut commencer

    à regarder les choses ou sa vie:

    C'est qu'il nous faut un peu d'obscur pour bien voir,

    Etant nous mêmes composés de clair et d'obscur"

     

                                           CHRISTIAN BOBIN