Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le silence

Donner de la VALEUR au silence. Note déjà ancienne mais revisitée pour mes nouveaux lecteurs

Le silence de celui qui souffre et s'enferme dans sa solitude parce que l' Autre ne peut  partager son ressenti. les grandes douleurs sont  muettes. L'écoute doit entendre l'Autre dans son propre silence.

Le silence de celui qui ne sait pas, dans l'assemblée des sages qui savent parce qu'ils ont été formés ou informés. Le silence issu d'inhibitions dévastatrices qui "accumule des explosifs". Le silence comme l'antichambre de la violence qui sera un exutoire,  par des paroles agressives trop longtemps refoulées.

Le silence si nécessaire dans un monde de fureur et de bruit.

Le silence de l'accusé en cours d'assises parce qu'il ne sait pas expliquer et que tout concourt à alourdir le poids de l'accusation. Le silence de la partie civile murée dans sa douleur. Le silence des jurés, forcément mutiques dans le prétoire où les souffrances extrêmes qui s'y expriment (souvent bruyamment) les tétanisent déjà.

le silence, un ami qui ne trahit jamais.

Le silence de ceux qui vivent dans la spiritualité, ce silence qui les rapproche de Dieu, celui des cloitres et des abbayes.

Le silence des sourds, handicap qui leur vole le monde et toute communication avec lui en les isolant

le silence des êtres que l'on a trompés et qui s'y réfugient

"le silence a alors le poids des larmes" nous  dit Aragon

Les commentaires sont fermés.