Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Clarification

    CV Mr ABADIE updated janvier 2013.doc

    Certaines personnes ont recherché dans les réseaux sociaux, mon blog, et les moteurs de recherches des renseignements me concernant, pour des motifs divers... pas toujours bien intentionnés d'ailleurs! Je leur donne mon CV dans une des versions  récentes. Ils économiseront du temps.

  • POUVOIRS et OPINIONS

    La crise actuelle est aussi une crise de confiance entre les citoyens et les pouvoirs qu'ils soient économique et politique. Depuis une décennie, s'accentue le poids des opinions sur le politique.

    Aujourd'hui, l'art de communiquer et de convaincre est devenu plus contraignant et plus difficile en dépit de l'éventail considérable de supports et de techniques fondés sur l'instantanéité et la puissance de l'image. Dans notre société si nos moyens de communication sont devenus des outils plus performants, les publics ont eux aussi changé et ont progressé en autonomie et en exigence.

    L'opinion a cessé d'être constitué en blocs étanches, lisibles, se positionnant l'un par rapport à l'autre, se comportant selon des règles d'appartenance à des familles idéologiques, politiques, sociologiques ou spirituelles. Comme le monde, l'opinion est devenue multipolaire, chaotique dans ses réactions, toujours plus complexe à appréhender, et difficile à fédérer.

    Aux anciens clivages statiques, nationaux, géographiques, économiques et sociaux, s'ajoutent de nouvelles lignes dynamiques de partage issues d'appartenance choisies mais éphémères. Les tribus, communautés, groupes ou réseaux créent de volatiles solidarités, notamment par les réseaux sociaux. Avec son cortège de certitudes ébranlées, notre société se méfie de toute parole verticale. De ce fait, réformer est devenu plus difficile et plus complexe. Tout changement se heurte non plus à une opposition ou un soutien mais à des oppositions et des soutiens dont les motivations contradictoires s'additionnent.

    La majorité arithmétique ne suffit plus, les pouvoirs des minorités ont pris une nouvelle dimension. Le risque d'opinion est d'abord un risque d'inaction. Les 2 derniers gouvernements l'ont montré dans une France qui ne se réforme pas.