Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Notes de lecture

Accompagnées et générées par quelques citations d'auteurs, ci-après quelques réflexions propices au débat. Elles sont arbitrairement regroupées par thème.

Là où l'expérience et la solitude se rejoignent....

Au travers de mes lectures, une citation d'Einstein n'a cessé de m'interpeller: " La connaissance s'acquiert par l'expérience, tout le reste n'est que de l'information". Elle émane d'un scientifique mais pourrait être celle d'un anthropologue qui parlerait de la souffrance humaine. Seule l'expérience de la douleur permet d'accéder à la connaissance de la douleur. Einstein a donc raison, même hors du champ scientifique. Ceux qui ne souffrent pas n'ont pas le droit de parler de la douleur.

J'aime personnellement à citer une phrase qui dit que le meilleur des théologiens est celui qui prend la main de celui qui souffre et ne dit rien.

Jalousie et complexité de l'âme humaine.

Dans un très joli livre de G.Delacourt ("les 4 saisons de l'été"), l'auteur a cette phrase dont il n'est sans doute pas l'auteur mais que je trouve savoureuse: "On peut tout pardonner à quelqu'un : la richesse, le talent mais pas la chance, c'est trop injuste!". Je me demande si ce n'est pas dire - en mode léger - ce que de Tocqueville nous reprochait à nous Français: notre obsession pour l'égalité. Ce même auteur énonce aussi , une affirmation effrayante d'une épouvantable pertinence: "la douleur des uns rassurait la médiocrité des autres". Quelques âmes perdues se réjouissent des déboires de certains; cela les console de leur petite vie rabougrie et sans ambition. En contre-point, R.Char nous dit - citation à la mode  -: "Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s'habitueront". Le volontarisme de cette pensée, quasi prométhéenne, la fait adorer de nos politiques qui la prononce avec gourmandise sans toujours l'appliquer. Ou alors, ils se mettent en mode "fusil mitrailleur" qui, dans un style péremptoire, tire sur tout ce qui ne relève pas de leurs propres idées.

L'homme cet inconnu...

J'ai aimé une recommandation de C.Jung qu nous demande de devenir le plus nous même par ce qu'il appelle un "processus d'individualisation". Il faut pour cela se libérer, dit-t-il, des conditionnements culturels, des codes et des blessures intérieures. La vie est une longue chute: l'important est de savoir tomber. A méditer aussi "la vérité d'un homme, c'est ce qu'il cache". Par un processus d'introspection, on peut s'interroger sur soi même. Me revient aussi une phrase de J.Cocteau qui dit: "ce qu'on te reproche, cultive le : c'est toi!" . Dans une de mes lectures j'avais lu avec amusement cette expression: " entasse les pierres qu'on te lance, c'est le début d'un piédestal". C'est à méditer.

Les commentaires sont fermés.