Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

billet d'humeur

  • De l'importande du silence

    " Le silence est fait de paroles qui se taisent"( Y.Rivard)

    " L'écoute entend l'autre dans son propre silence"( M. Random )

    " Dites moi quelle violence est pire que le silence?"( JP Guay )

    " le silence est la parure de l'ignorant dans l'assemblée des sages"( Proverbe Sanskrit )

    " Le silence a le poids des larmes "( L. Aragon )

    " C'est le silence qui rapproche le plus de Dieu ".

     Dans un monde de "bruit et de fureur" il est bon de réapprendre le silence

     

     

     

     

  • Notes de lecture

    Accompagnées et générées par quelques citations d'auteurs, ci-après quelques réflexions propices au débat. Elles sont arbitrairement regroupées par thème.

    Lire la suite

  • Fermeture de l'EUROPE-CENTRALE aux migrants: les RAISONS

    La fermeture de l'Europe centrale aux migrants offre un double paradoxe:

    - premier paradoxe: ce sont des pays qui après  50 ans d'enfermement par Moscou considéraient que le plus grand acquis de leur révolution était la libre circulation des personnes...celle qu'ils refusent aujourd'hui aux non européens. Ils ont toujours été les plus fervents partisans de la mondialisation et, ironie hallucinante!, la présidence tchèque de l'Union Européenne avait -en 2009- pour devise "L'Europe sans barrière".

    - Second paradoxe: la répression de Moscou vis à vis de ces pays avait occasionné des vagues énormes de réfugiés. Plus de 200.000 hongrois avaient fuit les tanks soviétiques en 1956 trouvant en Autriche - et ailleurs en Europe-  un accueil qui leur a été offert. Idem pour les Slovaques, les polonais ou les tchèques!

    - première explication: ces pays ont d'abord été construits sur des débris d'empires multinationaux ( des Hagsbourg, Ottoman, Russe..) Ils n'étaient pas des Etats-Nations comme nous le sommes depuis longtemps en Europe de l'Ouest. Ils ont, encore aujourd'hui, à se construire une identité nationale, à s'affirmer comme Nation. Ils ne se sentent pas prêts à incorporer les migrants du Sud

    - deuxième explication: les pays d'Europe-centrale ont une aversion pour notre modèle "multiculturel de l'Ouest" qu'ils estiment avoir échoué en faisant le lit de l'islamisme. "Migration du Sud aujourd'hui, banlieue de l'Islam demain" selon eux.

    - troisième explication: Ils nous accusent d'avoir été à l'origine des flux actuels de migrants, nous qui avons mis le chaos en Irak, en Libye et ailleurs... Ils n'ont, disent-ils, aucun devoir puisqu'ils n'ont aucune responsabilité.

    Conclusion: La convergence des économies et des systèmes politiques a été spectaculaire depuis 20 ans entre l'Ouest et l'Est de l'Europe mais l'évolution des mentalités, du rapport à l'altérité, du modèle de société reste très différent.

    Merci à J.Rupnik qui dans "le Monde" du 3 septembre dit cela et beaucoup plus.

  • JAURES doit se retourner dans sa tombe !

    Quel spectacle donne "les politiques" lorsqu'ils parlent de l'infiniment cruel problème des migrants .....Beaucoup - j'en ai vu deux, en tout cas, au plus haut de l'Etat - entrain de lire, péniblement,  un papier qui leur a été préparé par un sous-directeur de cabinet quelconque . Rêvons. Si JAURES était encore là, il n'aurait pas besoin de support  pour rugir spontanément ses convictions. Le coeur parlerait. Pas le stylo de l'énarque vieillissant!

  • "La vertu inattendue de l'ignorance"

    Cela sonne comme un conte de Voltaire, avec un Candide heureux, encore disciple de Pangloss, dans les bras de Cunégonde  désireux de cultiver son jardin . Cette maxime, -  en exergue d' un  film  oscarisé encore sur les écrans- , soulève une immense problèmatique. A-t-on intérêt à être instruit, intelligent, ouvert sur le monde, conscient de tout - ou - ne vaut-il- pas mieux être ignorant et candide? A cette question les philosophes et la Bible nous donnent deux réponses.

    Les philosophes. Le bonheur n'est pas un état stable et durable qu'on pourrait obtenir seul par des exercices de sagesse ou un travail sur soi. Il dépend plus des autres et de l'état du monde extérieur. On ne peut pas être heureux quand d'autres sont plongés dans le malheur. Seule la vie monacale permettrait d'accéder au bonheur et à la sagesse car les moines sont des candides retirés du monde. Comment peut on dire oui à la vie quand elle a la tête du champ de guerre en Syrie, en Irak, ou, plus modestement de l'autre côté du périf, de la femme divorcée et seule.

    La Bible. Elle dit la même chose mais différemment. "Si un seul membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance" ( 1 Corinthien, 12,26) et souffrent donc.... Si la Providence avait voulu que nous fussions heureux, elle ne nous aurait pas donné l'intelligence.

    Conclusion: la vertu inattendue de l'ignorance. On peut aussi le dire autrement et avancer ce qu'un jour j'ai trouvé au travers de mas lectures : "Tout ce qui doit être appris ne mérite pas d'être su". Nous sommes de plus en plus des "citoyens du monde" et donc nous nous éloignons du bonheur bonheur

  • Le silence

    Donner de la VALEUR au silence. Note déjà ancienne mais revisitée pour mes nouveaux lecteurs

    Le silence de celui qui souffre et s'enferme dans sa solitude parce que l' Autre ne peut  partager son ressenti. les grandes douleurs sont  muettes. L'écoute doit entendre l'Autre dans son propre silence.

    Le silence de celui qui ne sait pas, dans l'assemblée des sages qui savent parce qu'ils ont été formés ou informés. Le silence issu d'inhibitions dévastatrices qui "accumule des explosifs". Le silence comme l'antichambre de la violence qui sera un exutoire,  par des paroles agressives trop longtemps refoulées.

    Le silence si nécessaire dans un monde de fureur et de bruit.

    Le silence de l'accusé en cours d'assises parce qu'il ne sait pas expliquer et que tout concourt à alourdir le poids de l'accusation. Le silence de la partie civile murée dans sa douleur. Le silence des jurés, forcément mutiques dans le prétoire où les souffrances extrêmes qui s'y expriment (souvent bruyamment) les tétanisent déjà.

    le silence, un ami qui ne trahit jamais.

    Le silence de ceux qui vivent dans la spiritualité, ce silence qui les rapproche de Dieu, celui des cloitres et des abbayes.

    Le silence des sourds, handicap qui leur vole le monde et toute communication avec lui en les isolant

    le silence des êtres que l'on a trompés et qui s'y réfugient

    "le silence a alors le poids des larmes" nous  dit Aragon