Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Spiritualité

  • Savez vous qui vous êtes?

    Si vous êtes catho, évangéliste, réformé, juif, musulman chiite, sunnite, allaouite, sikh, bouddhiste... vous avez une religion et une "étiquette". Si vous avez perdu la foi, ou si vous ne l'avez jamais eue...alors qui êtes vous?  "Courrier international" - que vous lisez, bien sur!- a évoqué récemment ce sujet

    7 possibilités

    - Agnostique:

    L'agnosticisme n'est pas l'athéisme. L'agnostique considère que l'existence de Dieu est à jamais indémontrable. C'est alors l'agnostique "pur et dur". Il existe un agnosticisme plus ouvert qui dit "je ne sais pas si Dieu existe".

    - Athée

    L'athéisme est la négation totale du concept de divinité. Il peut prendre plusieurs formes

    ° l'athéisme scientifique: les progrès de la science permettent d'expliquer le monde sans aucun recours à un dieu de type biblique. Chacun se souvient du dialogue entre Napoléon et Laplace: "Monsieur de Laplace, je ne trouve pas dans votre système mention de Dieu"; "Sire, je n'ai pas eu besoin de cette hypothèse".

    ° l'athéisme philosophique; Dieu est ramené au concept de Nature ( chez Spinoza). l'athéisme refuse, par la suite, de postuler l'existence d'entités qui ne peuvent être ni prouvées (rationnellement démontrées) ni observables. C'est la volonté d'un monde sans métaphysique. Rappelez vous le cri de Nietzsche ( Qu'avons nous fait ! ...nous avons vidé la mer..").

    ° l'athéisme spirituel; L'athéisme n'empêche pas la croyance en d'autres formes de pensée abstraite ou d'émotions mystiques. Le Bouddhisme dont les dogmes ne font pas intervenir la notion de divinité peut, nolens volens, être considéré comme une forme d'athéisme. Toutefois, je reconnais que cette remarque est controversée. Comte-Sponville ( à lire, vraiment!) parle de l'Esprit de l'athéisme comme une introduction à une spiritualité sans Dieu"

     - Antithéiste

    Se dire Antithéiste signifie que l'on considère la religion comme dangereuse. Ce terme implique une sorte de militantisme qui dépasse le fait de prôner la séparation de l'Eglise et de l'Etat. L'antithéisme remet en cause la légitimité de la foi en tant que facteur moral ou source de connaissances. Ils dénoncent les ravages occasionnés au nom de Dieu.

    - Sceptique

    Les sceptiques placent l'esprit critique au centre de la réflexion et émettent des doutes sur tous dogmes religieux.

    - Libre penseur

    La libre pensée est une posture intellectuelle selon laquelle les opinions doivent s'appuyer sur la logique et sur les faits plutôt que sur l'autorité et sur les traditions. Voltaire et Locke développent ce courant (voir mon livre sur le "Partage")

    - Humaniste

    L'humanisme cherche le bien être général en encourageant la compassion, l'égalité, l'autodétermination et toutes les valeurs qui permettent de s'épanouir et de vivre ensemble. Ces principes ne proviennent pas d'une révélation divine mais de l'expérience humaine.

    - Panthéiste

    Les panthéistes rejettent l'idée d'un être suprême, mais croient que le divin se manifeste à travers tout ce qui existe.

    Si vous ne vous reconnaissez pas dans ces catégories, vous êtes peut être un adepte du Vaudou. Lorsque je suis de nombreuses fois allé à Haïti, un ami haïtien me disait toujours: "Si tu ne connais pas le Vaudou, le Vaudou lui te connaît".

     

  • Le paradis

    le paradis? un concept extraordinairement complexe.

    1-/ Le paradis est, à l'origine, un terme persan "Pari-Daiza" devenu en grec "Paradeisos". Il désigne alors un jardin entouré de murailles, le protégeant contre les vents violents du désert.

    2-/ Le paradis est aussi appelé "Jardin d'Eden" , notamment chez St Augustin et St Thomas. Il est alors une "terre luxuriante dont les champs verdoyants se couvrent de plantes nourricières et garde intactes des plantes parfumées". Les mosaïques de St Appolinaire à Ravenne (Italie) illustrent bien cette conception, sorte de lieu perdu en forme d'oasis.

    paradis,eden,jérusalem,communion des saints

    3-/ Le paradis est "La Jérusalem nouvelle" dans certains textes de l'Apocalypse (Ezéchiel) et avec St Jean dans le dernier livre de la  Bible. On parle aussi de Jérusalem future ou Jérusalem Céleste. Mais il s'agit, à chaque fois, d'une cité sainte descendue de chez Dieu, sorte de cité parfaite où l'humanité vit en harmonie avec elle même et avec la création, un endroit où règneraient la justice, la fraternité et la paix.

    paradis,eden,jérusalem,communion des saints

    4-/ Le paradis est en nous. Sous l’influence de la Réforme et de Luther, la paradis est intériorisé et devient "indicible" et irreprésentable.

    5-/ Enfin, si on se tourne vers la religion chrétienne, on s'aperçoit que Jésus ne fait mention du paradis qu'une fois, lorsqu'il dit sur la Croix au crucifié qui est à côté de lui "Tu seras ce soir avec Moi au paradis". Dans cette religion, le paradis est assimilé à "La Communion des Saints" (autre concept dur! dur! à comprendre) mais qui signifie, principalement, (entre autre) - je suis prudent! -   que nous retrouverons au Ciel ceux que nous avons aimés. C'est l'agneau mystique peint par les frères Van Eyck et que l'on peut voir au musée de Gand.

    6-/ Théologiens, peintres, romanciers, esthètes de tous bords, pourquoi pas saltimbanques  ...ont élaboré une image du paradis. Et la votre?

  • St Augustin et la Zakât

    Dans mes travaux sur "l'attention à l'Autre" entrepris ces derniers mois, j'ai noté deux ou trois choses que je voudrais vous faire partager.

    St Augustin a écrit un texte que je trouve moderne.

    "Deux amours ont construit deux cités. L'un est saint. L'autre impur. L'un tourné vers les Autres, l'autre centré sur soi. L'un est soucieux de tous en vue de la cité céleste; l'autre va jusqu'à subordonner le bien commun à son propre pouvoir en vue d'une domination arrogante"

    J'ai constaté aussi le grand souci de l'Islam pour l'écoute de l'Autre. L'aumône," le Zakât", est un des cinq piliers de la religion musulmane. Tout musulman qui en a les moyens doit donner une partie de ses biens à la communauté. Le Zakât a pour but de purifier l'âme du croyant, de toute avarice, convoitise et de cultiver l'esprit de partage et le lien social. Il n'est donc pas étonnant de voir se développer en milieu musulman des solidarités puissantes, certes fragmentées par des approches religieuses conflictuelles, mais toujours disponibles pour se mobiliser

  • Réflexion

    Pour ceux qui vivent dans un monde de stress et de tensions et dont la crise accroît souvent les crispations, il existe différentes voies pour tenter d'évacuer, même un temps, ce ressenti compliqué:  une activité de loisirs bien sûr et le succès récent d'un film populaire en atteste; plus exotique, des instituts de relaxation ou, plus risqué, les anxiolytiques en tout genre....et bien d'autres moyens bien sûr...

    Mais on peut  (également) faire appel à la spiritualité. Il n'y a pas plus belle détente que la prière ou l'oraison. La prière peut être psalmodiée, parlée ou chantée et s'extraire des formats ressassés. Son pouvoir est d'écarter les peurs et de repousser les solitudes. La quête du transcendental nous fait prendre de la hauteur sur les contingences et les difficultés. Ce n'est pas strictement "Catho" ce que je dis, ni ringard me semble-t-il. Les musulmans le pratiquent de manière exemplaire comme les hindouistes d'ailleurs et bien d'autres communautés spirituelles. Moi j'ai essayé et cela marche....j'avais envie de le dire. Ce n'est pas un secret; c'est "un bon plan" !

  • Aide aux Êtres en grande détresse

    Nous avons tous, plus ou moins, à aider ou à accompagner un jour des êtres en grande détresse, que cette dernière soit morale ou physique. Les thérapies psychanalytiques traditionnelles nous donnent des conseils bien connus à présent.

    Aujourd'hui ces théories sont souvent remises en cause. Carl Rogers dans son livre "la relation d'aide et la psychothérapie"s'y emploie. Je voudrais résumer certains apports majeurs de ce courant de pensée qui devrait nous aider à changer notre regard sur la grande détresse. Certains points sont éminemment discutables cependant ....

    1/-Désormais, il y a "centration" sur l'individu en grande détresse et non sur son problème. Le but est de lui donner la maturité pour faire face  en (lui) conservant une grande indépendance. Cela passe par l'extême détachement de l'aidant. L'aide ne consiste pas à faire quelque chose pour l'individu ni non plus à le conduire à faire quelque chose pour lui même. Elle consiste à le libérer pour qu'il puisse achever sa maturation.

    2/- L'accent doit désormais être mis sur l'affectif de la situation plutôt que sur l'aspect intellectuel ou rationnel. La plupart des détresses ne sont pas dues à un manque de savoir, le savoir de comment essayer d'en sortir mais ce savoir est inefficace parce que bloqué par les satisfactions émotionnelles que le désespéré peut ( "éventuellement?", "potentiellement"?...je suis plus dubitatif que Rogers ici) tirer de son actuelle inadaptation.

    3/- L'accent doit être mis sur la situation actuelle plutôt que sur le passé. Les structures émotionnelles significatives de la personne en détresse se révèlent aussi bien dans sa manière récente de s'adapter que dans son histoire passée.

    4/- L'aide est elle même une expérience de maturation. Autrefois on attendait de l'aide qu'elle favorise la transformation de l'aidé. Aujourd'hui, l'aide peut devenir une expérience d'auto-développement. Elle n'est plus une préparation à la transformation; elle est une transformation.

    Ce dernier point me convainc qu'il faut aller vers ceux qui sont en grande détresse. Les écouter, c'est déjà un peu les guérir.

  • Ce que nous dit l'Orient

    Ce que nous dit l'Orient, n'est pas loin des enseignements de la Bible et des Béatitudes.

    "Un être humain en vie est souple et tendre. Mort, il est dur et raide.

    Les herbes et les arbres en vie sont flexibles et fragiles. Morts, ils sont secs et recroquevillés.

    Ainsi dureté et rigidité sont compagnon de la mort. Fragilité et souplesse sont compagnon de la vie.

    Une armée puissante ne vaincra pas. Un arbre solide sera coupé par la hache.

    Le Grand et le Fort sera abaissé. Le souple et le fragile sera élevé."

    Lao Tseu

    lao_tseu.jpg