Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

violence

  • De l'importande du silence

    " Le silence est fait de paroles qui se taisent"( Y.Rivard)

    " L'écoute entend l'autre dans son propre silence"( M. Random )

    " Dites moi quelle violence est pire que le silence?"( JP Guay )

    " le silence est la parure de l'ignorant dans l'assemblée des sages"( Proverbe Sanskrit )

    " Le silence a le poids des larmes "( L. Aragon )

    " C'est le silence qui rapproche le plus de Dieu ".

     Dans un monde de "bruit et de fureur" il est bon de réapprendre le silence

     

     

     

     

  • Notre responsabilité vis à vis de la Tunisie et de l'Egypte

    La question qui mérite d'être posée (occultée dans les médias) est de savoir comment les clans Ben Ali/Trabelsi ainsi que l'environnement relationnel de proximité de Moubarak avaient amassé la fortune que l'on sait.

    La réponse est incontestablement simple : par "notre" faute, celle en tout cas du FMI dont on ne peut pas dire que nous ne soyons pas partie prenante, surtout à l'heure actuelle.

    Il faut savoir que le FMI n'accorde son assistance technique et surtout financière qu'après mise en place de procédures de conditionnalités multiples mais dont la principale est l'organisation, par les pays aidés, d'un système de privatisations étandues à de nombreux secteurs productifs ou financiers. Partout le mode operatoire de ces privatisations passe -et c'est trés bien- par un recours à l'adjudication. Oui, mais voila!..., le FMI ne contrôlera en rien la façon dont seront menées les adjudications. Dans les pays  hautement corrompus des despotes en place ou en fuite, le processus sera proche d'une mascarade ( biens mis en adjudication sous-estimés, bradés, ET choix de l'heureux gagnant (le mieux-disant) accordé à un membre ou un proche du clan de façon transparente ou non.

    Tout le monde se satisfaisait de cela, le FMI en premier puisque seul importe pour lui que les secteurs en question soient privatisés.Le peuple semble avoir dit "Basta !"mais les évênements en cours montrent la complexité de la situation. Comme le souligne une note de mon blog "les nuits sont enceintes et personne ne sait ce qui naitra le jour".On sait simplement que la violence engendre la violence. On sait aussi que l'attachement au pouvoir et l'addiction à l'argent engendrent toutes les perversions y compris le manque de lucidité et de respect.